Organigramme

Contact

ASSOCIATION FRANCAISE D’OPHTALMO-PEDIATRIE
Secrétariat du Docteur C. ORSSAUD
Hôpital Européen Georges Pompidou
Service d’Ophtalmologie
20 rue Leblanc 75015 PARIS

Tel : 01 56 09 34 98
Fax : 01 56 09 33 43
Courriel : contact.afop@gmail.com

Informations aux parents

Qu’est ce que l’amblyopie ?

L’amblyopie est  la basse vision d’un œil qui n’aurait pas développé une fonction visuelle physiologique durant les premiers mois de la vie. Parfois l’œil est définit comme étant « paresseux ».

Quand un œil développe une bonne vision et pas l’autre. L’œil présentant la vision la plus basse est appelé amblyope. Il est possible que les deux soient amblyopes.

C’est une condition commune affectant approximativement deux à trois pour cent de la population. La meilleure période pour soigner l’amblyopie, quand cela est possible, est durant les premières années de la vie. Plus tôt a lieux la prise en charge, meilleur sont les chances d’une bonne récupération.

Comment une vision dite normal se développe ?

Les nouveau-nés sont capable de voire, ainsi la vision du bébé se développera durant les premières années de vie. La grande flexibilité cérébrale du nouveau né va lui permettre des changements rapides afin d’établir les bases solides de cette acquisition. Cette période d’acquisition visuelle dure jusqu’à l’âge de neuf ans, après quoi il ne sera plus possible d’éduquer un œil paresseux.

Si un bébé n’est pas amène d’utiliser ses yeux correctement, la vision ne se développera normalement et pourra même baisser.

Le développement visuel des deux yeux est nécessaire pour le développement de la vision à proprement dit.

Bon nombre d’activités professionnelles sont fermées aux personnes ne présentant une bonne vision que d’un œil.

Les personnes avec un œil amblyope ont deux fois plus de risques de perdre la vision du bon œil lors d’un traumatisme.

Si la vision d’un œil venait à être compromise  durant la vie pour une raison ou autre, il est essentiel que la vision de l’œil adelphe soit normale. C’est pour cette raison que l’amblyopie doit être détectée.

Quand doit-on tester la vision ?

Il est recommandé que tout les enfants soient testés par leur pédiatre ou ophtalmologiste à l’âge de 4 mois ou avant.

La plupart des médecins, pédiatres, considèrent le teste visuel comme faisant partie de l’examen général de l’enfant et l’adresse à l’ophtalmologiste en cas de doute.

S’il existe une histoire familiale de pathologie ophtalmologique, il est souhaitable que l’enfant soit examiné le plus tôt par un ophtalmologiste.

Qu’est ce qui cause l’amblyopie ?

L’amblyopie est causée par n’importe quelle condition qui pourrait nuire au développement visuel d’un ou des deux yeux.

On dénote trois causes majeures à l’amblyopie :

  • Strabisme :

 

Où l’amblyopie est du à un trouble de l’alignement des axes visuels. L’œil non aligné va être « éteint » par le cerveau (cortex visuel) afin que le sujet (bébé) ne perçois qu’une image et non deux (vision double). Ainsi l’enfant n’utilisera que son bon œil.

  • Erreurs réfractives :

 

Où l’amblyopie est du aux troubles réfractives. La différence réfractive étant tel que le cortex visuel ne peut aligné les deux images. Cela arrive lorsque le bébé présente un œil plus myope, astigmate ou hypermétrope que l’œil adelphe.

L’œil dont les images ne sont pas perçues nette sera amblyope. L’organe peut paraître physiologique mais présentera une vision basse. Il s’agit là d’une des conditions les plus difficiles à détecter.

L’amblyopie peut aussi paraître aux deux yeux, si les deux images sur les deux yeux  sont perçues troubles. Cela se produit quand l’erreur réfractive est trop importante.

  • Trouble de la transparence :

 

Où l’amblyopie est du à la perte de la transparence ou de la forme des éléments physiologiquement transparent de l’œil comme dans les pathologies tel que la cataracte congénitale et autres pathologie cornéenne.
Généralement ces atteintes sont la cause des amblyopies les plus profonde.

Comment diagnostique-t-on l’amblyopie ?

Ce n’est pas aisé de diagnostiquer une amblyopie, sauf si on retrouve un strabisme ou autre pathologie  visible à l’oeil nu. La plupart du temps il est impossible pour les parents de diagnostiquer une amblyopie, de plus l’enfant n’est pas forcément conscient d’avoir un œil qui voit moins bien que l’autre.

L’amblyopie est détecté par la découverte d’une différence de vision entre les deux yeux où une basse vision aux deux yeux. Comme il est difficile d’évaluer la vision chez le bébé, l’enfant, l’ophtalmologiste va recourir au cache d’une œil afin d’observer comment l’œil non couvert réagit (fixation et poursuite) lors de présentation de différents objets. Ainsi si le bon œil est couvert l’enfant sera fort gêné et cherchera à retirer le cache ou la main de l’ophtalmologiste, voire même de crier et pleurer.

La vision basse n’est pas forcément synonyme d’amblyopie, souvent la prescription de lunettes suffira à rétablir une vision optimale et afin d’éviter l’installation d’une amblyopie.
Votre ophtalmologiste effectuera bien entendu un examen complet des différents segments des yeux de votre enfant à la recherche de pathologie amblyogène telle :

Cataracte
Inflammation
Tumeurs
Etc …

Comment traiter l’amblyopie ?

Pour corriger une amblyopie, l’enfant doit être forcé à utiliser son œil faible. Ceci se fait généralement par la mise en place d’un patch  sur le bon œil (l’œil sain) durant des semaines voire des mois.

Quand bien même la vision optimale de l’œil amblyope est atteinte, il est possible qu’on doive continuer le « patch » durant des périodes allant jusqu’à des années afin de ne pas perde le gain de vision.

Les lunettes peuvent être prescrite pour les troubles touchant les erreurs réfractives et cela ne suffit pas à rétablir une vision, les lunettes peuvent être jumelées au port d’un cache (patch).

Lors d’une amblyopie du à un trouble d’alignement des axes visuels, c’est-à-dire un strabisme, l’amblyopie est souvent corrigée avant la chirurgie du strabisme. Et souvent le cache reste nécessaire après la chirurgie.

L’amblyopie ne peut pas être corrigée que par le traitement de la cause sous-jacente. Il faut renforcer l’œil paresseux. Il faut donc forcer l’enfant à utiliser l’œil amblyope. La chirurgie ne corrige pas l’amblyopie.

Pourquoi traiter l’amblyopie ?  

Si l’amblyopie n’est pas traiter :

  • L’œil amblyope peut développer une perte sérieuse et permanente de la vision.
  • Il occasionne la perte de la vision binoculaire et donc le perception des profondeurs.
  • Si le bon œil est touché durant la vie par une quelconque atteinte, l’enfant présentera une cécité légale.

Les enfants n’aiment pas porter de patch (cache), il est de votre devoir de convaincre l’enfant de ce qui a de mieux pour elle ou lui.

Votre investissement et engagement dans les soins à porter seront déterminants pour le succès.

La perte de vision peu être prévenue :

Le succès du traitement de l’amblyopie dépendra de :

  • La sévérité de l’atteinte (de la pathologie en cause) donc de la profondeur de l’amblyopie
  • Et de l’age du patient lors de la prise en charge

Enseignement

DIPLÔME INTER-UNIVERSITAIRE

OPHTALMOLOGIE PÉDIATRIQUE

____________________________________________________________________
UNIVERSITE PILOTE :

UNIVERSITÉ RENÉ DESCARTES – PARIS V
UFR NECKER-ENFANTS MALADES

 

UNIVERSITES PARTICIPANTES :

UNIVERSITÉ DE MARSEILLE
UNIVERSITE DE STRASBOURG

____________________________________________________________________
Directeur Pédagogique : Professeur Jean-Louis DUFIER

Professeurs associés :        Professeur Danièle DENIS
                                                   Professeur Claude SPEEG SCHATZ

 

__________________________________________________________

ANNEE UNIVERSITAIRE 2009-2010

 

 

 

PROGRAMME DES COURS

1ère session

 

VENDREDI 20 NOVEMBRE 2009

 

9h – 13h : Génétique                                                                           Docteur KAPLAN
                                                                                                                  Docteur ROZET

  9 h- Les modes de transmission génétique et l’hétérogénéité génétique
10 h- Génétique moléculaire
11 h- Le conseil génétique, contraintes, pièges et limites
12 h- Intérêt de la génétique moléculaire et diagnostic prénatal

 

14h – 18h : Développement de l’appareil visuel et de la vision

14 h- Développement embryonnaire et fœtal du globe oculaire         Professeur COULY
en relation avec celui du système nerveux central

16 h- Développement de la fonction visuelle                                       Docteur ORSSAUD  

17 h- Retards de maturation visuelle                                                    Docteur ORSSAUD

SAMEDI 21 NOVEMBRE 2009

 

9h – 13h : Examen ophtalmologique de l’enfant (1)

9 h-   L’examen clinique du nourrisson et de l’enfant                          Professeur DUFIER
L’examen sous anesthésie générale                                          Professeur DUFIER

  L’examen du fond d’œil                                                                Professeur DUFIER

      11h-  Troubles de la réfraction                                                              Docteur CHAYESTEMEHR

Dépistage des anomalies réfractives et de l’amblyopie          Docteur  CHAYESTEMEHR

 

14h – 18h : Examen ophtalmologique de l’enfant (2)

14 h- Electrophysiologie en pratique clinique                                     Docteur SCHMITT

15 h- Le bébé vision : technique et limites                                          Madame CREUX

15h30- Les examens paracliniques en ophtalmo-pédiatrie
(échographie oculaire et UBM, angiographie, champ    visuel, vision des couleurs)                                                                                 Docteur BEBY

17 h- L’enfant déficient visuel                                                                Docteur PELOSSE
 

2ème session

 

VENDREDI 4  DECEMBRE 2009

 

9h – 13h : Pathologie conjonctivale et cornéenne

  9 h-  Dystrophies héréditaires de la cornée                                       Professeur DUFIER

10 h- L’enfant maltraité                                                                         Docteur ROCHE

11 h- Kératites                                                                                        Professeur COLIN

12 h- Contactologie                                                                                Docteur MALET

14h – 18h : Pathologie orbito-palpébrale (1)

14 h – Les conjonctivites allergiques de l’enfant                                Docteur JL FAUQUERT

16 h- Les ptosis                                                                                      Docteur ALLALI
Malformations congénitales du globe oculaire                          Docteur ALLALI
Syndromes infectieux et inflammatoires de l’orbite                  Docteur ALLALI

17 h 30- Prothèses oculaires                                                                 Monsieur DURAND

 

SAMEDI 5 DECEMBRE 2009

 

9h – 13h : Pathologie orbito-palpébrale (2)

  9 h-  Tumeurs orbitaires de l’enfant                                                     Professeur DUFIER
Docteur PUTTERMAN
10 h- Tumeurs de la rétine                                                                     Professeur DUFIER
                                                                                                                  Docteur PUTTERMAN

11 h- Appareil lacrymal                                                                          Docteur ALLALI
12 h- Malformations des annexes                                                         Docteur ALLALI

 

14h – 17h : Traumatologie

14h-  Conjonctivites                                                                                Docteur COSTET

15h-  Traumatismes à globe fermé                                                      Docteur BECQUET
16h-  Traumatismes à globe ouvert                                                      Docteur BECQUET

 

3ème session

VENDREDI 15 JANVIER 2010

 

9h – 18h : Les explorations fonctionnelles de la vision chez l’enfant                                                                                   Docteur RIGAUDIERE
                                                                                                                  Docteur INGSTER MOATI
                                                                                                                  Docteur BUI QUOC

SAMEDI 16 JANVIER 2010

 

9h – 17h : Journée de l’Association Française d’Ophtalmo-Pédiatrie

 

4ème session

 

VENDREDI 26 FEVRIER 2010

9h – 11h : Les glaucomes primitifs et secondaires

  9 h- Trabéculo-Dysgénésies                                                              Professeur DUFIER

10 h- Glaucome congénital                                                                    Professeur SPEEG SCHATZ

11h – 13h30 :

11 h- Maladies hérédo dégénératives de la rétine                             Professeur MILAZZO

12 h- Syndromes oculo-auditifs                                                            Professeur SPEEG SCHATZ

 

14h – 18h : Pathologie rétinienne

14 h- Vitréo rétinopathies                                                                      Professeur GASTAUD

15 h- Rétinopathie des prématurés                                                      Professeur SPEEG SCHATZ
16 h- Nouveautés dans l’examen des prématurés                             Professeur SPEEG SCHATZ

17 h- Craniosténoses et dysostoses craniofaciales                          Professeur RENIER

 

SAMEDI 27 FEVRIER 2010

9h – 13h : Pathologie de l’uvée et du cristallin

  9 h- Uvéites antérieures                                                                       Professeur DUFIER

10 h- Uvéites postérieures                                                                    Docteur BUI QUOC

11 h-  Pathologie cristallinienne                                                             Docteur ROCHE

14h – 17h : Pathologie générale (1)

14 h-Thérapeutique en ophtalmo-pédiatrie                                         Docteur ROCHE

15 h- Maladies métaboliques                                                                Professeur de LONLAY

16 h- Implications oculaires des maladies dermatologiques            Docteur INGEN HOUSZ ORO

 

5ème session

 

VENDREDI 26 MARS 2010

9h-13h : Amblyopie et strabologie (1)

  9 h- Physiopathogènie de l’amblyopie                                               Professeur MILLERET

10 h- Amblyopie : dépistage et rééducation                                       Docteur ORSSAUD

 

11 h- Nystagmus                                                                                     Professeur DENIS

 

14h-18h : Amblyopie et strabologie (2)

14 h- Paralysies oculomotrices                                                             Professeur DENIS

15 h- Strabismes                                                                                    Docteur ESPINASSE BERROD

17 h – Hétérophories                                                                             Madame BOULLEFORT

SAMEDI 27 MARS 2010

9h – 13h : Neuro-ophtalmologie (1)

 9 h- Affections neuro-ophtalmologiques                                            Docteur ORSSAUD

10 h- Phacomatoses                                                                              Professeur DENIS
11 h- Troubles du développement neuro-visuel                                  Professeur DENIS                                           chez l’enfant prématuré

12 h- Neuro-imagerie                                                                             Professeur BRUNELLE

 

14h – 15h : Pathologie générale (2)

14h-  Pathologie hématologique                                                           Professeur DENIS

15h – 17h : Neuro-ophtalmologie (2)

15h-  Neuropathies optiques                                                                 Docteur ORSSAUD


CONTROLE DES CONNAISSANCES

VENDREDI 4 JUIN 2010

 

Date limite de remise des mémoires

VENDREDI 18 JUIN 2010

 

Examen et soutenance du mémoire

 

9 h – 12 h :      Examen écrit                                                                                  Coef 2

 

13 h – 17 h :   Examen oral du mémoire (présentation 10 mn)                   Coef 1